Qu’est ce que la thérapie cranio-sacrée?

La thérapie cranio-sacrée a évolué en une remarquable thérapie manuelle qui a créé une façon très habile d’écouter les expressions de santé inhérentes au corps. Le thérapeute recherche et encourage généralement les forces de la santé à fixer les priorités de la séance et à apporter des ajustements naturels à partir des ressources propres du corps. Il se caractérise par une forte orientation vers l’holisme de l’expérience humaine où l’anatomie et la physiologie du corps sont liées en temps réel aux forces subtiles de la vie qui agissent à travers l’interface des fluides du corps. Les mouvements subtils des champs de fluides et de tissus du corps sont écoutés et le mouvement naturel est considéré comme une guérison profonde.

La thérapie cranio-sacrée et la thérapie manuelle.

Le travail du thérapeute ne peut pas se résumer uniquement au traitement fluidique du MRP (mécanisme respiratoire primaire). Il est fondamental au préalable de vérifier manuellement la posture et la mobilité articulaire. Surtout au niveau du bassin (iliaques, sacrum, coccyx). En effet celui-ci peut être en restriction de mobilité à cause des différentes causes musculo-squelettiques (anciennes entorses, accidents, fractures etc..) mais aussi viscérales. C’est là que beaucoup d’amalgames sont nés ! Il est impossible de traiter un patient uniquement par les systèmes fluidiques reliés au MRP sans prendre en compte les aspects ostéopathiques et viscérales qui régissent aussi notre organisme. Le travail sur le crâne est un outils supplémentaire et complémentaire puissant qui va venir s’ajouter aux principes manuels de posture. Si nous prenons comme métaphore un instruments de musique à accorder, il serait impensable d’imaginer avoir un réglage correcte et durable ( système fluidique cranio-sacrée) sans prendre en compte l’état de la lutherie de l’instrument ( systèmes ostéopathiques et viscérales).

La thérapie cranio-sacrée dans l’histoire.

Créer aux USA par William Gardner Sutherland qui était un journaliste qui intégra la première école d’ostéopathie fondée par Andrew Taylor Still en 1898 et qui fut diplômé 2 ans après en 1900 (voir la biographie de W.G Sutherland).

Sutherland est celui qui ajouta la dimension crânienne dans l’ostéopathie. Au fil du temps d’autres chercheurs on fait évoluer les découvertes sur le champ crânien.

En effet, au cours des années 1970-1975, le Dr John E. Upledger, médecin américain et ostéopathe, s’est intéressé de manière approfondie au système crânio-sacré, déjà découvert et décrit par les deux médecins américains Andrew T. Still (1828-1917), père de l’ostéopathie, et William G. Sutherland (1873-1954), fondateur de l’ostéopathie crânienne. Still et Sutherland ont découvert expérimentalement la relation entre la structure corporelle, sa mobilité et son fonctionnement. Upledger a traduit la relation entre le corps et l’esprit, déjà découverte par Still, sous la forme d’une thérapie facilement applicable dans la pratique. Upledger a réconcilié le corps et l’esprit dans une communication physico-énergético-émotionnelle, ce qui a remis en valeur le caractère holistique de cette thérapie tel que Still l’avait initialement voulu.

En conclusion.

La beauté de cette thérapie est son efficacité dans la douceur quand elle est liée à la thérapie manuelle. C’est-à-dire tel qu’elle fut créée et enseignée par ses fondateurs.  Le praticien adopte une position de neutralité et laisse le processus du traitement se dérouler. Le praticien est intéressé à faciliter le corps vers des réorganisations intrinsèques à travers les tissus du corps, sa matrice fluide et ses couches énergétiques et émotionnelles, afin qu’il y ait un mouvement holistique vers une plus grande santé dans un systéme ostéopathique préalablement normalisé. La thérapie cranio-sacrée crée un espace sûr pour que les expériences traumatiques puissent émerger et se résoudre en douceur sans être accablantes ou stimulantes.

La thérapie cranio-sacrée gagne beaucoup de reconnaissance et de popularité en raison de ses effets thérapeutiques profonds. Des formations pour les praticiens sont maintenant disponibles dans de nombreux pays du monde et des communautés de praticiens commencent à émerger.  Toutefois il faudra bien vérifier que les organismes de formations incluent bien la partie manuelle et viscérale dans leurs cursus. Ceci est fondamental ! A moins d’être déjà un praticien aguerri en thérapie manuelle (ostéopathie, reboutologie, physiothérapie etc.) l’enseignement cranio-sacrée Upleger  (appelé aussi biodynamique) seul ne sera pas suffisant.

Il est donc fondamental de faire la distinction entre thérapie cranio-sacrée, thérapie craniosacrale et thérapie cranio-sacrée ou craniosacrale biodynamique.